Conférence ANAJ-IHEDN “Les Etats non reconnus ont-ils une place sur la scène internationale ?”

L’Union des associations des auditeurs de l’IHEDN (Union-IHEDN) a le plaisir de vous informer de la tenue du prochain événement organisé par l’ANAJ-IHEDN sur le thème :

« Les Etats non reconnus ont-ils une place sur la scène internationale ? »
avec
Maurice BONNOT, Ancien diplomate & Auteur de Des Etats de facto (2014)

Jeudi 27 novembre 2014, de 19h30 à 21h
École militaire
Amphithéâtre Desvallières

 

[button type=”bd_button btn_large” url=”http://www.anaj-ihedn.org/” target=”_blank” button_color_fon=”#3fc2da” button_text_color=”#ffffff” ]Inscription sur le siteweb de l’ANAJ-IHEDN[/button]

Anomalies du système international, les États de facto, autoproclamés, non reconnus, existent malgré le vide juridique dans lequel ils sont relégués, tels l’Abkhazie, le Haut-Karabagh, le Kosovo, l’Ossétie du Sud, la République turque de Chypre nord, la Transnistrie, la RASD (République Arabe Sahraouie Démocratique). Nombre de leurs aspects sont d’une normalité avérée, loin des clichés de terres laissées à l’anarchie que certains se plaisent à opposer aux Etats souverains, ordonnées et stables.

Après avoir rappelé la doctrine en matière de reconnaissance d’Etat et abordé la question de la définition de l'”Etat de facto », Maurine Bonnot abordera l’étude de ces différents pays en analysant particulièrement deux cas spécifiques, l’Abkhazie et le Somaliland. Une réflexion sera portée sur l’historique et le développement de ces entités, les réactions des Etats métropoles et le parrainage d’Etats protecteurs,les positions et tergiversations régionales et internationales. La recherche de solutions s’articulera sur le rappel des conceptions traditionnelles, l’importance du facteur temps ou du pouvoir d’inertie et l’étendue des problèmes posés à la communauté internationale.

Maurice Bonnot est un diplomate de carrière à la retraite qui a exercé dans une vingtaine de pays reconnus, situés principalement en Afrique subsaharienne (Rwanda, Burundi, Ghana, Ethiopie, Kenya, Tanzanie) au Moyen-Orient (Koweit, RDP du Yemen, Libye) et lors d’opérations de terrain menées dans le cadre de l’Union européenne, du Conseil de l’Europe et de l’OSCE en ex-Yougoslavie et au Caucase. Il se consacre depuis à l’étude de l’existence et de la survie des « Etats de facto »ou non-reconnus. Il en a visité certains à plusieurs reprises, souvent à l’occasion de processus électoraux, notamment en Abkhazie,Haut-Karabagh, Kossovo, Ossétie du Sud, République turque de Chypre nord et Transnistrie. Il vient de publier un ouvrage consacré à ce sujet somme toute méconnu aux éditions de L’Harmattan : Des Etats de facto